CETTE ANNEE SAMEDI 30 JANVIER... CHABBAT...

Tou Bichevat est le 15ème jour du mois de Chevat dans le calendrier juif.  Ce jour marque le début d’une « nouvelle année » pour les arbres. C’est en effet à cette époque de l’année que les arbres les plus précoces de la terre d’Israël émergent de leur sommeil hivernal et entament un nouveau cycle de floraison.

Dans la loi juive, le « Nouvel An des arbres » est lié avec les diverses dîmes qui doivent être prélevées sur les produits agricoles de la Terre Sainte. Ces dîmes varient selon les années du cycle de sept ans de la Chemitah. Le moment à partir duquel un fruit naissant est considéré appartenir à l’année suivante du cycle est le 15 Chevat.

Nous marquons le jour de Tou Bichevat en consommant des fruits, en particulier ceux à travers lesquels la Torah fait l’éloge de l’abondance de la Terre Sainte : les raisins, les figues, les grenades, les olives et les dattes. En ce jour, nous nous rappelons que « l’homme est un arbre des champs » (Deutéronome 20, 19) et méditons sur les leçons que nous pouvons apprendre de notre double botanique.

arbres

Nous autres, humains, pouvons nous joindre à la célébration des arbres. Après tout, la Torah ne dit-elle pas que « l’homme est un arbre des champs » ? Nos âmes sont nourries par des racines profondes, qui remontent jusqu’à Abraham et Sarah ; nous sommes tournés vers le ciel tout en nous tenant fermement sur le sol ; et quand nous faisons les choses comme il faut, nous produisons des fruits qui profitent au monde : nos bonnes actions.

Coutumes :

Mangez des fruits ce jour-là. Le mieux est de consommer les fruits qui font la réputation de la terre d’Israël : olives, dattes, raisins, figues et grenades.

La bénédiction sur les fruits :

Baroukh ata A-donaï Elo-heinou melekh haolam boré péri haets

[Béni sois-Tu, É-ternel notre D.ieu, Roi de l’univers, qui crée le fruit de l’arbre.]

Si on goûte un fruit pour la première fois de la saison, on récite la bénédiction de Chéhé’hyanou avant de dire celle sur le fruit :

Baroukh ata A-donaï Elo-heinou melekh haolam chéhé’hyanou vékiyémanou véhiguiyanou lizmane hazé

[Béni sois-Tu, É-ternel notre D.ieu, Roi de l’univers, qui nous a accordé la vie, nous a sustentés et nous a permis d’atteindre cette occasion.]

Certains ont la coutume de manger du caroube. Le maître de la Kabbale, le saint Arizal, mangeait quinze sortes de fruits en ce jour !

On aura soin de prélever la « Terouma » et le « Maasser » des fruits provenant d’Israël.

On se renseignera auprès des autorités rabbiniques compétentes en ce qui concerne les lois de la Chemita.

Ce jour est une fête : on ne récite pas la prière de Ta’hanoune (supplication).

fruitlondres

HAG SAMEAH......