Yom Kippour en bref                Art3976_4804


Yom Kippour est le jour le plus saint de l'année – le jour durant lequel nous sommes le plus proches de D.ieu et de la quintessence de nos âmes. C'est le jour du Grand Pardon : « Car en ce jour, Il fera expiation pour vous purifier de toutes vos fautes, afin que vous soyez purifiés devant D.ieu » (Lévitique 16,30)

Durant vingt-six heures – depuis quelques minutes avant le coucher du soleil, le 9 Tichri jusqu'après la tombée de la nuit le 10 Tichri – nous « affligeons nos âmes » : en s'abstenant de manger et de boire, de se laver ou de s’enduire le corps de lotions, de porter des chaussures en cuir, et d’avoir des relations conjugales.

Avant Yom Kippour, nous procédons au rituel d'expiation des Kapparot ; nous demandons et recevons du gâteau au miel, en reconnaissance du fait que nous sommes tous les bénéficiaires des bienfaits divins en ce monde et dans l'espoir d'une bonne et douce année ; nous mangeons un repas festif, les hommes s'immergent dans un mikvé, et nous donnons plus de charité que d’habitude. En fin d'après-midi, nous consommons le repas précédant le jeûne, après lequel nous bénissons nos enfants, nous allumons une bougie spéciale qui brûle tout au long du jeûne ainsi que les bougies de la fête, puis nous nous rendons à la synagogue pour la prière de Kol Nidrei.

La journée de Yom Kippour comporte cinq prières : Maariv, avec le solennel Kol Nidrei, le soir de Yom Kippour ; Cha'harit, la prière du matin ; Moussaf, qui inclut un récit détaillé du service de Yom Kippour dans le temple ; Min'ha, qui inclut le récit de Jonas ; et enfin la Néïla, la prière de la « fermeture des portes », au moment du coucher du soleil. Tout au long de Yom Kippour, nous prononçons à huit reprises la prière de Al ‘Het pour la confession de nos fautes, et nous récitons des psaumes à chaque moment de libre.

Ce jour est le plus solennel de l'année, pénétré toutefois d'une joie sous-jacente : une joie qui se révèle à travers la spiritualité de ce jour et qui exprime notre confiance que D.ieu acceptera notre repentir, pardonnera nos fautes et scellera notre verdict pour une année de vie, de santé et de joie. La prière de clôture, Néïla, culmine avec les cris retentissants de : « Écoute Ô Israël... D.ieu est un ». C'est alors que la joie éclate, dans le chant et la danse (la coutume 'Habad est de chanter à ce moment la joyeuse « Marche de Napoléon »), suivie par une sonnerie unique du choffar et de la proclamation « L'an prochain à Jérusalem ! » Nous prenons ensuite part à un repas festif de fin de jeûne, faisant ainsi de l’issue de Yom Kippour une fête à part entière

Allumez les bougies de la fête


Les filles et toutes les femmes de la maison (ou, s'il n'y a pas de femme dans la maison, le chef de famille) allument les bougies au moins 18 minutes avant le coucher du soleil –  [ verifier chacun dans son endroit...]– et récitent les bénédictions suivantes :

Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou mélèkh haolam achère kidéchanou bémitsvotav vétsivanou lehadlik nèr chel [si Yom Kippour tombe Chabbat, ajouter : Chabbat vechel] Yom HaKipourim.

Béni sois-Tu Éternel notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifié par Ses commandements et nous a commandé d'allumer la bougie de [si Yom Kippour tombe Chabbat, ajouter : Chabbat et de] Yom Kippour.

Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou mélèkh  haolam chéhé'héyanou vekiyémanou vehiguiyanou lizmane hazé.

Béni sois-Tu Éternel notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a fait vivre, nous a fait exister et nous a fait parvenir à ce moment.

Si une personne qui allume les bougies a l'intention d'aller en voiture à la synagogue pour l'office de Kol Nidrei, elle doit avoir en tête en allumant les bougies qu'elle n'accepte pas sur elle à ce moment la sainteté de la fête. Elle devra se rendre à la synagogue dans les plus brefs délais.

TIRE DU SITE : http://www.fr.chabad.org/

Art3976_4804